Qu’est-ce que la fibrillation atriale ?

La fibrillation atriale est le trouble du rythme cardiaque le plus fréquent chez les adultes dans le monde,1 avec plus de neuf millions de personnes en Europe et aux États-Unis.2,3 Il s'agit d'un trouble qui entraîne une accélération, un ralentissement ou une irrégularité du rythme cardiaque.4

La fibrillation atriale est la contraction rapide et irrégulière des oreillettes. Ceci donne lieu à une accumulation de sang dans les oreillettes puisque les battements irréguliers n'envoient pas tout le sang dans les cavités inférieures du cœur (les ventricules). Le cœur ne travaille donc pas efficacement.4,5

De nombreuses personnes souffrant de fibrillation atriale ne présentent aucun symptôme, plus particulièrement lorsque le rythme cardiaque n'est pas très rapide. Dans d'autres cas, les symptômes fréquents incluent palpitations, vertiges, douleurs thoraciques et essoufflement. Ainsi, certaines personnes souffrant de fibrillation atriale peuvent présenter régulièrement des symptômes, tandis que d'autres n'en présentent que rarement, voire jamais.4,5

Il est essentiel que votre médecin diagnostique la fibrillation atriale de façon précoce car cette maladie peut donner lieu à un AVC.

References

Une enquête mondiale révèle la nécessité d’une sensibilisation



L'enquête SPEAK about AF (Stroke Prevention, Education, Awareness and Knowledge), enquête la plus vaste et la plus complète menée à ce jour auprès de personnes présentant un diagnostic de fibrillation atriale et des médecins qui soignent cette maladie, montre qu'il faut informer sur  la relation fibrillation atriale et AVC.  Plus de 3 700 personnes ont été interrogées à travers le monde, notamment des personnes souffrant de fibrillation atriale, des cardiologues, des neurologues et des médecins généralistes.
D'après l'enquête, la majorité des médecins et plus de la moitié des personnes souffrant de fibrillation atriale considèrent que cette maladie nuit à leur qualité de vie. Les principaux résultats de l'enquête ont suggéré que si les professionnels de santé sont conscients de la relation entre la fibrillation atriale et l'AVC, les personnes qui en sont atteintes, en revanche, ne réalisent pas toutes qu'elles sont exposées à un risque.
Les personnes souffrant de fibrillation atriale et les médecins ont convenu qu'il fallait informer davantage sur le risque d'AVC lié à la fibrillation atriale. Certaines personnes se sentent mieux et plus en confiance au fur et à mesure qu'elles sont informées.

Quelles sont les causes de la fibrillation atriale ?

Le risque de fibrillation atriale augmente avec l'âge. Il touche 1 % des adultes dans le monde. Une personne âgée de 55 ans sur quatre développera la maladie1,2 et elle touche 10% des personnes de plus de 80 ans.  La fibrillation atriale est plus fréquente chez les personnes atteintes de maladies cardiaques telles que l'insuffisance cardiaque. Elle est très rare chez l'enfant.3,4
Si certains cas de fibrillation atriale n'ont pas de cause connue, les facteurs de risque connus pour déclencher la fibrillation atriale sont:3,4

  • Hypertension
  • Obésité ou surpoids
  • Diabète
  • Hyperthyroïdie
  • Pathologie pulmonaire
  • Consommation excessive ou excès occasionnels d'alcool
  • Comment la fibrillation atriale entraîne-t-elle un AVC ?
  • Chez les patients souffrant de fibrillation atriale, un AVC peut survenir car le sang s'accumule dans les oreillettes. Les oreillettes ne se contractant pas correctement, le sang s'y accumule. Des caillots se forment qui peuvent migrer dans la circulation du sanguine et boucher des vaisseaux dans le cerveau, entraînant ainsi un AVC.1,2
  • Un AVC est l'équivalent d'une crise cardiaque dans le cerveau. Le sang doit s'écouler vers et dans le cerveau pour que ce dernier fonctionne correctement. Si ce flux est bloqué par un caillot sanguin, le cerveau perd sa réserve en énergie, ce qui entraîne une lésion cérébrale pouvant occasionner une invalidité ou le décès du patient.3
  • Heart Brain FR
  • La fibrillation atriale est l'un des facteurs de risque d'AVC le plus fréquent.3 Les personnes souffrant de fibrillation atriale sont cinq fois plus sujettes à l'AVC qu'une personne ne souffrant pas de FA.4 Environ trois millions de personnes font un AVC lié à la fibrillation atriale chaque année.3,5,6
  • Les AVC liés à la fibrillation atriale ont tendance à être plus graves, handicapants et mortels que les autres types d'AVC.6 En conséquence, l'AVC lié à une fibrillation atriale représente un fardeau important pour la famille et les systèmes de santé. En effet, les AVC liés à la fibrillation atriale coûtent plus de 11 milliards d'euros aux systèmes de santé européens et nord américains

La fibrillation atriale – un problème croissant

INFOGRAPHIC FR

Références

  • Fuster V, Rydn LE, Cannom DS, et al. Circulation 2006; 114:e257-e354.
  • Miyasaka Y, Barnes ME, Gersh BJ et al. Circulation 2006; 114:119-25.
  • Go AS, et al. JAMA 2001; 285(18):2370-75.
  • Coyne KS, Paramore C, Grandy S et al. Value Health 2006; 9:348-56.
  • Ringborg A, Nieuwlaat R, Lindgren P et al. Europace 2008; 10:403-11.
  • Le traitement de la fibrillation atriale
  • La prise en charge de la fibrillation atriale s'axe sur la réduction du risque d'AVC en « fluidifiant » le sang par l'administration de médicaments antithrombotiques et sur le rétablissement d'une fréquence ou d'un rythme cardiaque normal.
  • Trois alternatives thérapeutiques :
  • Les antithrombotiques
  • Les personnes atteintes de fibrillation atriale présentant un risque d'AVC reçoivent généralement un médicament visant à fluidifier le sang afin de réduire la probabilité de formation de caillots sanguins. Il s'agit d'un traitement antithrombotique et se compose d'agents antiplaquettaires et/ou anticoagulants. Le traitement anticoagulant est indiqué chez les patients présentant un risque modéré à élevé d'AVC.
  • Les personnes atteintes de fibrillation atriale présentant un faible risque d'AVC ou ne supportant pas les anticoagulants reçoivent généralement un agent antiplaquettaire.
  • Le contrôle de la fréquence cardiaque
  • Certains patients atteints de fibrillation atriale ayant une fréquence cardiaque rapide reçoivent des médicaments pour ramener leur fréquence cardiaque à la normale. Ceci implique habituellement des symptômes tels que des vertiges. Ce type de traitement s'appelle contrôle de la fréquence.
  • Le contrôle du rythme cardiaque
  • Le médecin peut proposer à certains patients une méthode appelée cardioversion électrique, qui consiste à appliquer un choc électrique sur le cœur pour ramener le rythme cardiaque à la normale. Le rétablissement du rythme sinusal peut également être induit par des méthodes pharmacologiques de cardioversion. Ce type de traitement s'appelle contrôle du rythme.
Accueil     |     Présentation     |     Dossier     |      Formations     |     Contact
Copyright © Guerirautrement.info - 2012 - Mise à jour par CsWebDz